Autogestion

Crédits : Yan Chevalier

P reuve, s’il en fallait, que les travailleurs et travailleuses sont capables de s’organiser sans avoir à se plier aux ordres de quelque chef, le Touski fonctionne de façon totalement horizontale. En accord avec nos principes solidaires et égalitaires, nous fonctionnons en dehors de toute hiérarchie. Le pouvoir décisionnel est entre les mains de l’Assemblée générale, où tous et toutes ont droit de parole et de vote; de même qu’entre les mains des différents comités, qui s’occupent du roulement du café entre les différentes assemblées.

Cette prise en charge collective favorise évidemment les travailleuses et travailleurs, qui, loin d’être dirigés par des intérêts qui leur sont étrangers, ont une prise bien réelle sur leur environnement. En plus d’être en accord avec certains principes qui nous sont chers, la démocratie directe favorise ainsi l’esprit d’initiative et d’engagement des membres… sans compter les excitants avantages intrinsèquement liés au fait de travailler sans patron.

Le Touski en est une preuve : l’autogestion, agrémentée d’une dose de volonté et de franche camaraderie, ça marche.

Garder ses mains sales : Réflexion sur l’autogestion